Pro A - 22ème journée
11/03/2017 - 20:00
Antares, Le mans
 
44 68
Le Mans 7-12, 24-27, 32-45, 44-68 Paris-Levallois
Composition   Composition
  • Écrit par , vendredi 10 mars 2017 07:35

    Ce samedi à 20 heures, les Sarthois vont passer au révélateur face aux Franciliens.

    Après avoir quitté sans gloire la Ligue des Champions, les Manceaux vont concentrer leurs efforts sur les compétitions nationales. Toujours en course en Coupe de France, ils recevront Chalon-sur-Saône mardi prochain à 20 heures 45 au titre des demi-finales. Lancés dans l’opération remontée au classement de Pro A pour participer aux playoffs, les Sarthois vont se mesurer à Paris-Levallois ce samedi avec pour ambition de s’offrir une équipe du Top 8. Certes, l’espoir fait vivre mais le moment est venu pour les hommes d’Alexandre Ménard de gagner.

    La tendance :  
    A l’inverse des Manceaux qui recevront Chalon-sur-Saône mardi prochain en demi-finales de la Coupe de France, les Franciliens ont été éliminés en 1/8 de finale après leur défaite à domicile face à Dijon (68-81). En Pro A, le MSB occupe la 9ème place avec 10 victoires et 11 défaites tout comme Limoges. Par contre, avec 12 succès et 9 revers, Paris-Levallois pointe au 5ème rang en compagnie de Strasbourg. Samedi dernier, les joueurs des Hauts-de-Seine ont perdu à domicile face à l’ASVEL (70-86) malgré les efforts de Jason Rich (21 points), soutenu par Louis Labeyrie (15 points et 10 rebonds) et Louis Campbell et Cyrille Eliezer-Vanerot (10 points chacun). En recevant Orléans, les Sarthois ont renoué avec la victoire en championnat (71-64) dans le sillage de Lahaou Konaté (15 points) bien épaulé par Olivier Hanlan et Mouph Yarou (12 points chacun), le Béninois produisant un double-double en captant 12 rebonds. Si le PL a la 8ème attaque de Pro A avec 74,8 points marqués, le MSB est un peu moins efficace (72,1, 14ème). Dans le domaine de la défense, les Sarthois (6èmes, 73,7 points encaissés) sont plus permissifs que les Franciliens (2èmes, 71,0 points). Avec 8,6 prises, Louis Labeyrie est le 2ème rebondeur de Pro A quand Vincent Poirier en est le 3ème (8,5). Seuls engagés sur la scène européenne, les Manceaux ont été sortis en 1/8 de finale de la Ligue des Champions en s’inclinant à 2 reprises contre Sassari (63-79 puis 66-68).

    Les leaders de chaque équipe :
    Avec 17,0 points, Jason Rich est le meilleur marqueur du PL alors Vincent Poirier en ajoute 10,4. En cumulant 9,8 points et 8,6 rebonds, Louis Labeyrie est le plus complet (16,3 d’évaluation). Pour sa part, Louis Campbell compile 8,2 points et 4,9 passes. Dans les rangs sarthois, Ryan Pearson culmine à 11,5 points, suivi par Olivier Hanlan (11,0). Will Yeguete (8,4 points et 7,1 rebonds) détient la meilleure évaluation (12,8) alors que Giordan Watson ajoute 3,8 passes à ses 9,7 points.

    Les joueurs de base de Paris-Levallois :
    L’an passé, Frédéric Fauthoux avait succédé à Antoine Rigaudeau après Noël. Pour sa première saison complète de coaching, le Petitou a établi une hiérarchie et son Cinq de départ est quasiment immuable. Pour mener le jeu, il fait confiance à Louis Campbell (1,91 m, 37 ans). Après 4 saisons à Strasbourg et autant de finales de championnat perdues, le vétéran est venu dans la capital pour relever un défi. Alors qu’il s’était progressivement éteint avec la SIG, il renaît avec le PL (8,2 points, 4,3 rebonds et 4,9 passes). En jouant 17 minutes, Rémi Lesca (1,81 m, 26 ans) est un bon relais pour Louis Campbell. Il s’est même fendu de 11 points à Chalon puis 12 contre le MSB avant de baisser de régime (4,9 points et 1,4 passe). Seul Américain à avoir rempilé, l’arrière Jason Rich (1,91 m, 30 ans) représente un gros danger. 3ème marqueur de Pro A (17,0 points), il prend également 3,2 rebonds et délivre 4,3 passes. Il a dépassé les 20 points à 8 reprises avec une pointe à 27 à Chalon-sur-Saône, une semaine avant d’être limité à 5 face au MSB. Le poste 3 a connu bien des péripéties. Giovan Oniangué (1,97 m, 25 ans) avait frappé un grand coup lors de la 1ère journée (16 points et 6 rebonds face à Nancy). L’ailier s’est malheureusement rompu le ligament d’un genou et est indisponible jusqu’en avril. Engagé pour pallier à son absence William Gradit (1,97 m, 34 ans) a disputé 12 matchs avant de quitter le PL le 30 janvier. Son expérience ne compensait pas sa faible production (3,8 points et 1,9 rebond). Revenu d’une blessure au pied qui l’a privé des 10 premiers matchs, Cyrille Eliezer-Vanerot (2,02 m, 20 ans) s’est immédiatement installé dans le Cinq de départ. S’il s’est contenté de 2 points pour son retour, sa rentrée s’est faite à l’occasion de la victoire francilienne à Monaco (93-83). Auteur de 6,7 points et 2,8 rebonds, il a terminé 4 matchs à plus de 10 points, prenant même feu à Antibes (20 points). Sa blessure a permis à Maleye Ndoye (2,03 m, 36 ans) de revenir dans l’équipe qu’il avait quittée en fin de saison dernière. Fred Fauthoux apprécie son expérience et sa présence au service des autres (17 minutes) même si son apport est réduit (4,0 points et 2,1 rebonds). Sorti de l’université d’Auburn au printemps dernier, Tyler Harris (2,06 m, 23 ans) fait ses premiers pas professionnels et ils sont en demi-teinte. Après un début de saison prometteur (3 matchs à 20 points ou plus avec une pointe à 24 à Cholet), il s’est quelque peu éteint (3 rencontres à 0 dont la dernière face à l’ASVEL). Il tourne quand même à 8,2 points et 3,6 rebonds. Athlétique et fuyant, Landing Sané (2,07 m, 26 ans) tardait à exploser au poste 4 mais on peut constater un certain frissonnement (7,7 points et 3,8 rebonds). Au pivot, Vincent Poirier (2,13 m, 23 ans) éclate cette saison. Non seulement, il est le 2ème marqueur du PL (10,4 points) mais aussi le 3ème rebondeur du championnat (8,5 prises). S’il s’est loupé samedi dernier face à l’ASVEL (7 points et 5 rebonds pour une évaluation de 1), il restait sur 3 matchs à 13 points ou plus avec un double-double face à Antibes (14 points et 10 rebonds).  Il forme avec Louis Labeyrie (2,09 m, 25 ans) une doublette de pivots de grande valeur. Bien remis du petit pépin qui lui a fait louper 3 matchs en début de saison et titillé par son coach, Louis Labeyrie a compris le message au point d’être devenu le 2ème rebondeur de Pro A (8,6 prises) tout en marquant 9,8 points. Lors de la 20ème journée à Nancy, il s’est fendu d’un double-double de haute volée (17 points et 17 rebonds).

    L’effectif de Paris-Levallois :
    1 Tyler Harris (2,06 m, 23 ans, intérieur)
    6 Maleye Ndoye (2,03 m, 36 ans, ailier)
    7 Louis Labeyrie (2,09 m, 25 ans, pivot)
    10 Giovan Oniangué (1,97 m, 25 ans, ailier)
    13 Louis Campbell (1,91 m, 37 ans, meneur)
    14 Frédéric Loubaki (1,86 m, 20 ans, meneur)
    15 Samba Balayera (1,95 m, 21 ans, arrière)
    17 Vincent Poirier (2,13 m, 23 ans, pivot)
    19 Landing Sané (2,07 m, 26 ans, intérieur)
    25 Jason Rich (1,91 m, 30 ans, arrière)
    26 Cyrille Eliezer-Vanerot (2,02 m, 20 ans, ailier)
    40 Rémi Lesca (1,81 m, 26 ans, meneur)
    Entraîneur : Frédéric Fauthoux
    Assistant : Sacha Giffa

    L’effectif du MSB :
    3 Grégory Bengaber (1,86 m, 20 ans, meneur)
    4 Giordan Watson (1,75 m, 31 ans, meneur)
    5 Lahaou Konaté (1,96 m, 25 ans, ailier)
    6 Wilfied Yeguete (2,00 m, 25 ans, pivot)
    12 Petr Cornelie (2,11 m, 21 ans, ailier fort)
    13 Mouphtaou Yarou (2,04 m, 26 ans, pivot)
    15 Mickaël Gelabale (2,02 m, 33 ans, ailier)
    17 Pape-Philippe Amagou (1,85 m, 32 ans, arrière-meneur)
    21 Olivier Hanlan (1,93 m, 24 ans, arrière-meneur)
    22 Earvine Bassoumba (2,05 m, 21 ans, pivot)
    24 Ryan Pearson (1,96 m, 27 ans, ailier fort)
    Entraîneur : Alexandre Ménard
    Assistants : Antoine Mathieu et Dounia Issa

    Les arbitres de la rencontre :
    Régis Bardera, Grégory Dubois et Djilali Amrani

    Le match aller :
    Les Sarthois se sont imposés au terme d’une rencontre complètement fermée. Equilibré, le 1er quart-temps se terminait à l’avantage des Franciliens (13-15). Les Manceaux dressaient les barbelés en défense et anesthésiaient leurs adversaires. Après un 10-0, ils comptaient 8 longueurs d’avance (23-15, 16ème) et en gardaient 5 à la mi-temps (25-20). Au retour des vestiaires, les joueurs d’Erman Kunter s’échappaient petit à petit si bien que l’avance sarthoise était de 11 points au terme du 3ème acte (38-27). Petr Cornelie la faisait culminer à 14 dès l’entame du dernier (41-27, 31ème). Les joueurs des Hauts-de-Seine entamaient une petite remontée mais les Sarthois résistaient avant de s’imposer (57-50). Du côté sarthois, Mike Gelabale marquait 13 points alors que Will Yeguete finissait avec un double-double (12 points et 11 rebonds) et Pape-Philippe Amagou ajoutait 10 points. Chez les Franciliens, Tyler Harris et Rémi Lesca totalisaient 12 points chacun et Vincent Poirier prenait 12 rebonds.

    Les oppositions à Antarès :
    Depuis la fusion du Paris Basket Racing et du Levallois Sporting Club Basket en juin 2007, le MSB et Paris-Levallois se sont affrontés à 10 reprises dans la Sarthe. Alors qu'ils affichent un bilan de 5 victoires et 3 défaites en saison régulière, les Sarthois ont également gagné l'unique rencontre de playoffs ainsi que le match de Coupe de France. Lors de la journée inaugurale de la saison dernière, les joueurs d'Erman Kunter ont peiné avant de vaincre (65-59) dans le sillage de Ty McKee (16 points et 9 rebonds) et Mouphtaou Yarou (10 points, 15 rebonds et 4 passes). Plus tard, ils ont encore eu plus de mal à s’imposer en 1/8 de finale de la Coupe de France (89-87) même si Romeo Travis a marqué 19 points quand Lahaou Konaté en ajoutait 17, Chris Lofton 15 et Ty McKee 13. 

  • Écrit par , samedi 11 mars 2017 21:06

    Les Manceaux se sont lourdement inclinés face aux Franciliens.

    Les spectateurs qui avaient garni les travées d’Antarès ont vécu une soirée historique. Jamais une équipe du MSB n’y avait totalisé aussi peu de points. Le précédent record datait du 11 décembre 2001 quand l’équipe d’Alain Weisz n’avait inscrit que 46 points face à Sienne en Coupe Saporta. En championnat, il faut remonter à l’année de naissance du MSB pour trouver trace de la précédente plus faible marque. Le 19 octobre 1993, les hommes de Philippe Desnos s’étaient contentés de 53 points contre Limoges. Face à Paris-Levallois, l’équipe d’Alexandre Ménard n’a guère fait illusion, n’obtenant que 2 égalités (3-3 puis 22-22) et un seul passage en tête (20-19). Pourtant dans le coup à la mi-temps (24-27), le MSB, sans scoreur, a perdu pied en 2ème période.  

    Les Cinq de départ :
    MSB : Giordan Watson, Olivier Hanlan, Mike Gelabale, Petr Cornelie et Mouph Yarou
    Paris-Levallois : Louis Campbell, Jason Rich, Cyrille Eliezer-Vanerot, Tyler Harris et Vincent Poirier

    Le Film du match :
    1er quart-temps : 7-12
    Les Franciliens dégainaient les premiers (0-3, 3ème). Moup Yarou réagissait (3-3, 5ème). A la faveur d’un 6-0, les visiteurs s’échappaient (3-9, 7ème). Ryan Pearson tentait un petit rapprochement (7-9, 9ème). Derrière l’arc, Jason  Rich lui répondait en fin de 1er acte (7-12).

    2ème quart-temps : 17-15
    Un 2+1 de Pape-Philippe Amagou lançait le 2ème (10-12, 11ème). Les Parisiens assénaient alors un 7-0 si bien que les Manceaux accusaient un retard de 9 points (10-19, 13ème). La réplique sarthoise était toute aussi cinglante et un 10-0 permettait au MSB d’inverser la tendance et de prendre les commandes (20-19, 18ème). Les Franciliens ne tardaient pas à les reprendre (20-22, 18ème). Après une dernière égalité due à Mouph Yarou (22-22, 19ème), les Manceaux avaient un handicap de 3 points au repos (24-27).

    3ème quart-temps : 8-18
    Au retour des vestiaires, l’écart enflait (24-31, 22ème). Seul Giordan Watson (28-33, 23ème). La barre des 10 points de retard était bientôt franchie (28-39, 25ème). Mouph Yarou avait un sursaut (30-39, 26ème). Ryan Pearson aussi (32-42, 29ème). Pour en finir avec la 3ème période, Jason Rich sévissait à longue distance (32-45).

    4ème quart-temps : 12-23
    Malgré un panier primé de Lahaou Konaté et 2 lancers-francs de Ryan Pearson, le trou se creusait (-16, 37-53, 34ème). Les réussites de Olivier Hanlan et Giordan Watson faisaient illusion (42-53, 36ème). La défense sarthoise lâchait alors complètement prise et encaissait un cuisant 12-0 (42-65, 40ème). Lahaou Konaté ajoutait 2 lancers-francs avant un dernier panier à longue distance de Landing Sané portant l’écart final à 24 unités (44-68).

    L’Homme du match :
    Durant les 20 minutes qu’il a passées sur le parquet, Ryan Pearson a quelque peu surnagé. Il en a profité pour marquer 12 points à 5/8 aux tirs et 2/2 aux lancers-francs. Il a également capté 2 rebonds, délivré 3 passes et volé 1 ballon. Au bilan final, il s’avérait le Manceau le plus complet avec une évaluation de 15.
     
    Le Chiffre du match :
    10. Les Sarthois ont marqué 10 paniers de moins que les Franciliens (18 contre 28). Avec une adresse une nouvelle fois en berne (18/57, soit 31,6%), ils s’exposaient au pire d’autant plus qu’ils ont réalisé un vilain 2/20 (10,0%) derrière l’arc des 6,75 m.

     

  •  LE MANS Min Pts Tot. % T3 T2 LF F FPR Rbds Int Co BP PD Eva.
       WATSON G 31 6 3/9 33 0/2 3/7 0/0 2 2 1 0 0 2 2 1
       KONATÉ L 26 5 1/8 13 1/5 0/3 2/2 1 1 2 2 1 0 2 5
       YEGUETE W 21 2 1/5 20 0/1 1/4 0/1 1 3 6 0 0 1 2 4
       CORNELIE P 12 0 0/0 0 0/0 0/0 0/0 2 1 2 1 0 2 0 1
       YAROU M 22 11 5/8 63 0/0 5/8 1/2 0 1 5 0 0 1 0 11
       GELABALE M 26 2 1/7 14 0/4 1/3 0/0 2 0 1 1 0 3 0 -5
       AMAGOU P 15 3 1/5 20 0/1 1/4 1/1 1 1 1 0 0 2 0 -2
       HANLAN O 26 3 1/7 14 1/5 0/2 0/0 3 1 4 0 0 0 2 3
       PEARSON R 21 12 5/8 63 0/2 5/6 2/2 1 4 2 1 0 0 3 15
       EQUIPE 200 0 0/0 0 0/0 0/0 0/0 0 0 5 0 0 0 0 5
       TOTAL 200 44 18/57 32 2/20 16/37 6/8 13 14 29 5 1 11 11 38

     PARIS-LEVALLOIS Min Pts Tot. % T3 T2 LF F FPR Rbds Int Co BP PD Eva.
       HARRIS T 17 7 3/3 100 1/1 2/2 0/0 1 1 4 1 0 1 0 11
       NDOYE M 17 2 1/4 25 0/1 1/3 0/0 0 0 1 0 0 0 1 1
       LABEYRIE L 21 7 3/6 50 1/1 2/5 0/0 3 2 11 0 0 2 1 14
       CAMPBELL L 32 6 2/4 50 0/1 2/3 2/3 2 2 4 1 0 4 8 12
       POIRIER V 25 7 3/7 43 0/0 3/7 1/2 0 1 5 0 2 0 1 10
       SANE L 20 10 4/9 44 2/3 2/6 0/0 2 0 6 0 2 1 1 13
       RICH J 39 19 8/15 53 3/4 5/11 0/0 1 3 5 3 0 0 8 28
       ELIEZER-VANEROT C 19 10 4/8 50 1/3 3/5 1/5 4 4 2 1 0 1 1 5
       LESCA R 10 0 0/2 0 0/2 0/0 0/0 1 0 1 0 0 0 1 0
       EQUIPE 200 0 0/0 0 0/0 0/0 0/0 0 0 3 0 0 2 0 1
       TOTAL 200 68 28/58 48 8/16 20/42 4/10 14 13 42 6 4 11 22 95
  • Écrit par , samedi 11 mars 2017 22:07

    Alexandre Menard

    20170311 215415-800x600

    On est très déçu par le résultat et par la manière. On se tire une balle dans le pied, c'est encore difficile pour les plays-offs . La manière me déplaît fortement. Quand on est agressé, on perd tous nos moyens. On a des belles paroles mais on n'arrive pas à traduire sur le terrain ce qu'on a envie de faire. On manque de répondant. On a du mal à trouver des solutions en attaque. Les joueurs ont envie mais on ils ont du mal quand ils sont sous pression. On n'a pas le droit de lâcher. Actuellement, on n'a pas de leader comme ce qu'a produit Jason Rich ce soir.
    On va essayer de bien récupérer d'ici à mardi, c'est un gros morceau qui vient à la maison. Il faut que les joueurs réagissent. C'est honteux, je suis déçu pour le club. Il faut un électrochoc, on ne peut rester comme cela. Je sens que les joueurs sont au fond du trou.

    Mickaël Gelabale

    20170311 215125-800x600

    Il n'y a pas eu la manière ce soir. On n'est jamais vraiment rentré dans le match, on n'était pas nous-mêmes. On ne met pas la manière sur le terrain. On n'est pas une équipe de rookies, on a de l'expérience. C'est compliqué depuis décembre, on veut bien essayer de bien faire mais ça ne marche pas. Il faut qu'on soit plus agressif, qu'on ne se fasse pas rentrer dedans. Si on a un peu d'orgueil, on doit le montrer mardi. On doit prendre nos responsabilités.

    Frédéric Fauthoux

    20170311 214824-800x600

    On sentait que Le Mans n'était pas en confiance. C'était important de bien défendre. On a tenu le match d'abord grâce à ça. Nos joueurs étaient sérieux et concentrés. La Mans a été agressif, ils loupent des tirs ouverts. On a imposé notre physique. Quand on est sûr de nos bases, on peut dérouler.

    Louis Labeyrie

    20170311 214546-800x600

    A chaque fois qu'on joue Le Mans, ce n'est jamais très beau à voir. On a su contenir les postes du 1 au 5. Ils ont eu 6 rebonds offensifs, ils ont shooté et comme ils étaient fatigués, ils ont raté leurs tirs. Je confirme notre statut d'une équipe qui gagne.

    Pièce(s) jointe(s):
    Télécharger ce fichier (F Fauthoux.MP3)F Fauthoux.MP32220 Kb
    Télécharger ce fichier (L Labeyrie.MP3)L Labeyrie.MP33510 Kb
    Télécharger ce fichier (M Gelabale.MP3)M Gelabale.MP33415 Kb

Equipes

Compétitions