• Umana Reyer    78 - 68    Kataja
    Avtodor    81 - 71    MACCABI RAND MEDIA
    Khimik    78 - 49    CSM CSU ORADEA
Basketball Champions League - 12ème journée
11/01/2017 - 20:30
 
65 61
Le Mans Karsiyaka Izmir
Composition   Composition
  • Écrit par , lundi 9 janvier 2017 14:02

    Mercredi à 20 heures 30, les Manceaux vont accueillir l’équipe turque, match décalé en raison des conditions météo en Turquie.

    Si l’affrontement franco-turc va avoir des allures de petite finale, le vaincu ne sera pas éliminé de la course aux playoffs. Par contre, une victoire sarthoise donnerait au MSB une option sur la 1ère place du groupe directement qualificative pour le 2ème tour. Pinar Karsiyaka n’a pas abandonné toute idée de la décrocher et les joueurs de Nenad Markovic seront revanchards après leur défaite de l’aller. De leur côté, ceux d’Erman Kunter auront à cœur de se racheter devant leurs supporters qu’ils ont déçu face à Kataja. Chacune des deux équipes ayant entamé 2017 par une victoire, la rencontre de mercredi promet donc beaucoup. Autant y être nombreux pour soutenir Pape-Philippe Amagou et ses partenaires.

    Le match sera retransmis en direct sur la chaîne Multisport : Canal 253.

    Le contexte :
    Avec 8 victoires et 3 défaites, le MSB occupe seul la 1ère place du Groupe B de la Basketball Champions League avec 1 succès d’avance sur Karsiyaka et Venise. Après avoir été battus à Rishon LeZion (69-78), les Turcs ont renoué avec la victoire face à Saratov (78-65) avec DaJuan Summers 23 points et 11 rebonds Mike Green 12 points et 9 passes J’Covan Brown 12 points et Mateusz Ponitka 10. Pour leur part, à l’occasion de la dernière journée, les Sarthois ont remporté une large victoire à Oradea (79-60) avec 5 joueurs à plus de 10 points (Lahaou Konaté 13, Ryan Pearson, Giordan Watson et Mouph Yarou 12 et Petr Cornelie 11). Sur la scène nationale, les futurs adversaires du MSB occupent le 7ème rang de la BSL avec 8 succès et 6 revers. Samedi dernier, ils se sont imposés à domicile face à Balikesir (80-69) dans le sillage de Mateusz Ponitka (19 points), Mike Green (15), DaJuan Summers (12) et Josh Owens (11). De leur côté, les Sarthois ont connu la défaite le lendemain de Noël face à Chalon-sur-Saône (65-74) malgré les efforts de Giordan Watson (17 points), Mike Gelabale (11) et Lahaou Konaté (10). Avec 8 victoires et 7 défaites, ils sont dorénavant 5èmes en compagnie de Gravelines-Dunkerque, Paris-Levallois, l’ASVEL et Strasbourg.

    Le match aller :
    Les Manceaux prenaient d’entrée les Turcs à la gorge (12-0, 4ème) avant de les reléguer à 14 longueurs (20-6, 7ème). Les Smyrniotes se réveillaient alors et comblaient la moitié de leur retard en fin de 1er acte (24-17). Ils continuaient sur leur lancée (26-22, 12ème). Les Sarthois se reprenaient et plaçaient un cinglant un 10-0 (36-22, 16ème) auquel les Turcs répondaient par un 7-0 (36-29, 18ème). A la mi-temps, le matelas manceau était épais de 9 unités (42-33). Dès le retour des vestiaires, les joueurs de Karsiyaka le dégonflaient sérieusement (42-39, 21ème). A coup de triples, les Sarthois lui redonnaient de la consistance (51-40, 24ème). Les Turcs respiraient encore et revenaient une dernière fois (55-49 26ème) avant un nouveau coup d’accélérateur manceau pour conclure la 3ème période (62-51). Après avoir poussé leur avantage à 17 points (72-55, 34ème), les hommes d’Erman Kunter contrôlaient le retour des Turcs qui s’arrêtait à 13 unités (79-66). Chez les Sarthois, Olivier Hanlan était le meilleur marqueur (18 points) avec Giordan Watson (13) et Mike Gelabale et Mouph Yarou (12 chacun). Pour Karsiyaka, J’Covan Brown culminait à 16 unités alors que Muhammed Baygul et Mateusz Ponitka inscrivaient 13 points chacun.

    Les joueurs de base de Pinar Karsiyaka :
    Le Bosniaque Nenad Markovic a pris les rênes de l’équipe en début de saison. En tant que joueur, il a arpenté les parquets de France pendant 2 saisons et demi (de 1997 à 1999) quand il a porté les couleurs de Limoges. Au passage, il a été 2 fois All-Star. Son Cinq de base est composé de 4 Américains et 1 Polonais. La mène est assurée par Mike Green (1,85 m, 31 ans), un joueur également connu en France puisqu’il a porté le maillot de Paris-Levallois durant l’exercice 2014-2015 (11,8 points, 3,6 passes et 7,2 passes (1er passeur de Pro A) en 34 matchs). Il a succédé à Kevin Dillard qui a quitté Pinar en décembre. Il a ainsi joué les 2 derniers matchs. Meneur-passeur (6,5 passes), il se contente de 6,0 points. Meilleur marqueur de l’équipe avec 17,1 points marqués, l’arrière américain J’Covan Brown (1,88 m, 26 ans) est également présent dans tous les domaines (3,6 rebonds et 5,0 passes). Il n’a terminé qu’un match à moins de 10 points mais 3 fois à 20 avec une pointe à 36 face à Venise. La régularité de l’international polonais Mateusz Ponitka (1,97 m, 23 ans) n’est pas son fort. S’il compile 9,6 points et 5,1 rebonds, cet ailier est capable de passer au travers d’un match (0 points contre Kataja) comme de briller (18 face à Rishon LeZion et Saratov). L’ailier fort, DaJuan Summers (2,03 m, 28 ans) compile 15,5 points et 5,5 rebonds. Il est en pleine bourre puisqu’il vient de scorer entre 22 et 25 points sur les 3 derniers matchs. Même s’il n’est pas maladroit (56,5%), le pivot Josh Owens (2,06 m, 28 ans) se contente de 5,5 points. Il n’a dépassé les 10 points qu’en une seule occasion. Guère plus performant au rebond (4,7 prises), il fait office de point de fixation dans la raquette pour ressortir le ballon sur les dangereux extérieurs. Venant du banc, l’arrière Muhammed Baygul (1,91 m, 24 ans) est, avec 10,5 points et 3,6 rebonds, le seul Turc d’impact. L’intérieur Brent Petway (2,05 m, 31 ans) a terminé la saison 2009-2010 à Vichy (8,4 points et 4,3 rebonds en 9 matchs) avant de faire le show avec les Harlem Globetters l’année d’après. Avec 3 saisons en Euroleague à son actif (Olympiacos puis Sassari), son expérience est encore précieuse même si son apport est limité (4,8 points et 3,4 rebonds).

    Les arbitres de la rencontre :
    Antonio Conde (Espagne), Andris Aunkrogers (Lettonie) et Zdravko Rutesic (Montenegro)

    Les autres matchs du groupe :
    Mardi 10 :
    à 18h00 : Youjne (Ukraine) – Oradea (Roumanie)
    à 20h30 : Venise (Italie) – Joensuu (Finlande)
    Mercredi 11 à 16h30 : Saratov (Russie) – Rishon LeZion (Israël)

    Un peu de culture :
    Karsiyaka est une ville et un district de la province d’Izmir dont elle est distante de 6 km du centre traditionnel. Paisible quartier résidentiel de 315 000 habitants, cette banlieue s’appelait Kordelio avant 1922, un nom inspiré par Richard Coeur de Lion qui est passé par là lors de la IIIème Croisade. Avec 2 800 000 habitants, Izmir est la 3ème ville de Turquie après Istanbul et Ankara, la capitale. Située sur la mer Egée, son port est le 2ème du pays après celui d’Istanbul. Anciennement, Izmir s’appelait Smyrne dont le nom parle aux gastronomes qui en apprécient le raisin sec. C’est la raison pour laquelle les habitants d’Izmir sont les Smyrniotes. Smyrne a fait partie de l’Empire Ottaman depuis 1426 et pendant 500 ans. Attribuée à la Grèce lors du traité de Sèvres après la Première Guerre mondiale en raison de son peuplement largement hellénophone, elle est attaquée par les troupes turques le 9 septembre 1919. 4 jours après, le 13, se déclenche un incendie qui va détruire pratiquement toute la ville et faire près de 2000 morts. Suite au traité de Lausanne en 1923, Smyrne, comme toute l’Anatolie est attribuée à la Turquie. Smyrne devient Izmir. La ville, où seuls les quartiers turcs et juifs ont été épargnés par l'incendie, sera reconstruite progressivement. Après la Seconde Guerre mondiale, Izmir connait un boom démographique en partie dû à l'émigration depuis les provinces orientales. La ville présente un aspect très moderne que seuls viennent atténuer les quartiers du port. Il reste à Izmir des traces et des liens de la présence d’une communauté francophone. L’ancien Premier ministre français, Edouard Balladur, y est né le 2 mai 1929.

    L'historique de Pinar Karsiyaka :
    Club omnisports, Karşıyaka Spor Kulübü a été fondé en 1912 mais la section basket n’a été créée qu’en 1966. Evoluant dès le début dans la Ligue de Turquie, Karsiyaka Basket a été relégué en 1968. Il a alors fréquenté les divisions inférieures jusqu’en 1974, année de son retour dans l’élite. Le club a ouvert son palmarès en 1987 en réalisant le doublé Coupe du Président-Championnat. L’ancien Manceau Huseyin Besok, né à Izmir, a débuté sa carrière professionnelle sous le maillot vert et rouge de 1992 à 1994. Depuis 1998, Kasiyaka est sponsorisé par Pinar, un produit d’un important groupe agro-alimentaire turc. En 2005, Pinar Karsiyaka SK s’est installé à la Karsiyaka Arena, une salle de 5000 places. Le coach actuel, Ufuk Sarica, a été engagé en 2012. A son arrivée, il a annoncé que le club serait en Euroleague dans les 3 ans. Pour son premier exercice, le technicien turc a conduit l’équipe jusqu’en finale de l’EuroChallenge 2013 avec un autre ancien sarthois, Bobby Dixon, qui est resté au club jusqu’en 2015. La saison suivante, Pinar Karsiyaka a remporté sa première Coupe de Turquie en février 2014. Après avoir entamé 2014-2015 en gagnant la Coupe du Président de Turquie en octobre, l’équipe a terminé 4ème de la saison régulière. Elle a alors dominé Fenerbahçe Ülker Istanbul puis Anadolu Efes Istanbul pour décroché le 2ème titre de Champion de Turquie de l’histoire du club. En 2015, Pinar Karsiyaka faisait son apparition en Euroleague. Le rêve de Ufuk Sarica devenait réalité. La saison sernière n’a pas été aussi brillante puisque l’équipe n’a terminé que 6ème de la saison régulière de la Ligue de Turquie sans dépasser le stade des 1/4 de finale des playoffs. Elle a quand même été demi-finaliste de la Coupe de Turquie. Sur la scène européenne, Pinar Karsiyake n’a fini qu’à la 5ème place dans son groupe d’Euroleague. Reversé en Eurocup, il en a atteint les 1/8 de finale.

    Pinar Karsiyaka et l'Europe :
    A ce jour, Karsiyaka a disputé 155 matchs de Coupe d’Europe depuis 1975 et son engagement en Coupe Korac. Avant sa participation aux quarts de finale de l’EuroChallenge en 2011 et son élimination par le Spartak Saint-Pétresbourg, le club turc n’est jamais allé bien loin dans les différentes coupes auxquelles il a participé. Par contre, l’exercice 2012-2013 a été autrement plus brillant puisque Pinar Karsiyaka a disputé le Final Four de l’EuroChallenge organisé dans sa salle. Parvenus en finale, les Turcs se sont inclinés d’un tout petit point face aux Russes de Krasnye Kryl’ja Samara (76-77) malgré les efforts de l’ancien Manceau Bobby Dixon (23 poins). Une participation au Last 32 a sanctionné la première apparition du club en Eurocup la saison suivante. 2014-2015 a été encore meilleure. Toujours en Eurocup, Karsiyaka est allé jusqu’en 1/4 de finale mais s’est fait sortir par Gran Canaria. Franchissant un palier en raison de son titre de Champion de Turquie en 2015, Pinar Karsiyaka a fini 5ème du Groupe C de l’Euroleague avec 3 victoires et 7 défaites. Non qualifiée pour le Top 16, l’équipe a été reversée en Eurocup avec un 1/8 de finale perdu face à Galatasaray Istanbul, le futur vainqueur de la compétition (aux dépens de Strasbourg).

    Les oppositions :
    Le Mans et Pinar Karsiyaka se sont affrontés à 3 reprises dans l’histoire des coupes européennes. Lors du Tour Qualificatif à l’Eurocup en 2011, les Manceaux se sont d’abord imposés en Turquie (80-73) avant de confirmer par un autre succès à Antarès (80-78). A ce jour, Le Mans (SCM puis MSB) a disputé 19 matchs contre des équipes turques avec un bilan de 13 victoires pour 6 défaites dont une concédée à Fenerbahce Istanbul (88-92) dans un match d’Eurocup qui avait été délocalisé à Saint-Quentin (Aisne) le 11 novembre 1997. Pour sa part, Pinar Karsiyaka a joué 14 rencontres contre des clubs français dont 9 entre 2011 et 2015. Hormis les 3 matchs contre le MSB, les Turcs ont perdu leurs 2 rencontres tant en Coupe des Champions en 1987 contre Orthez qu’en Coupe Saporta en 2000 face à Chalon. Plus tard, ils ont sorti Paris-Levallois (2-1) en 1/4 de finale de l’EuroChallenge 2013 puis ils ont ensuite perdu leurs 2 rencontres de Last 32 d’Eurocup en 2014 contre Nanterre. Enfin, en 2015, au même stade de la compétition, ils se sont joués de Paris-Levallois tant en France (85-75) qu’en Turquie (86-79). 

  • Écrit par , mercredi 11 janvier 2017 21:33

    Au terme d’un rude combat, les Manceaux ont remporté un succès qui ne s’est dessiné que dans la dernière minute.

    Nombre de spectateurs avaient un large sourire à l’issue de la partie. Pourtant, les joueurs d’Erman Kunter les avaient fait souffrir durant les 39 premières minutes (61-61). A 57 secondes du terme, Will Yeguete réussissait 2 lancers-francs. Les acteurs jetaient alors leur dernières forces dans la bataille. Après un rebond défensif de Mike Gelabale, Giordan Watson servait Petr Cornelie dont le dunk libérait tout Antarès. Avec cette victoire, les Sarthois ont pris une sérieuse option sur la 1ère place finale du Groupe B de la Basketball Champions League.   

    Les Cinq de départ :
    MSB : Giordan Watson, Olivier Hanlan, Mike Gelabale, Ryan Pearson et Mouphtaou Yarou
    Karsiyaka : Mike Green, J’Covan Brown, Mateusz Ponitka, DaJuanSummers et Josh Owens

    Le Film du match :
    1er quart-temps : 21-24
    Les Turcs frappaient d’entrée (0-4, 2ème). Ryan Pearson, depuis l’arc, et Mouph Yarou, aux lancers-francs, répliquaient (5-4, 3ème Yarou). Olivier Hanlan anéantissait le nouveau break des Smyrniotes (8-8, 5ème). Ceux-ci restaient devant (8-10, 5ème puis 11-13, 6ème). Le MSB s’emparait des commandes après un panier simple de Mouph Yarou et un autre primé de Olivier Hanlan (16-13, 7ème). Répondant à chaque réussite sarthoise, les Turcs se maintenaient au contact (21-20, 9ème). Pire, avec 2 lancers-francs de Mike Green et un panier de J’Covan Brown, ils viraient en tête après 10 minutes de jeu (21-24).

    2ème quart-temps : 18-7
    Sur la ligne de réparation, Mateusz Ponitka répliquait à Will Yeguete (23-26, 13ème). Ce dernier alimentait un 6-0 avec l’aide de Petr Cornelie (29-26, 15ème). La même paire enfonçait le clou (34-29, 17ème). Une autre composée de Mike Gelabale donnait 8 longueurs d’avance au MSB à la mi-temps (39-31).

    3ème quart-temps : 14-20
    Les Turcs revenaient des vestiaires le couteau entre les dents et rattrapaient en un rien de temps une grosse partie de leur retard (41-39, 23ème). Malgré Mike Gelabale et Ryan Pearson, ils étaient toujours là (45-43, 26ème). Avec l’aide de Mouph Yarou, les deux mêmes reconstituaient l’écart de la pause (51-43, 29ème). 2 triples turcs en grignotaient les trois quarts (51-49, 30ème). Après un échange de lancers-francs entre Giordan Watson et J’Covan Brown, le MSB n’avait que 2 points d’avance avec 10 minutes à jouer (53-51).

    4ème quart-temps : 12-10
    D’entrée de dernier acte, J’Covan Brown soufflait le froid en donnant l’avantage aux siens (53-54, 32ème). Josh Owens ajoutait un lancer-franc (53-55, 32ème). Olivier Hanlan en mettait 2 pour égaliser (55-55, 35ème). A -3, Antarès tremblait (56-59, 36ème). Le Québécois enquillait son 4ème panier primé de la partie (59-59, 37ème). Petr Cornelie oeuvrait (61-59, 38ème). Tenace, Mike Green égalisait une dernière fois sur lancers-francs (61-61, 38ème). Will Yegeute ne tremblait pas plus (63-61, 40ème) au contraire des Turcs qui paniquaient alors. Après un rebond défensif de Mike Gelabale, Giordan Watson servait Petr Cornelie dont le dunk réjouissait tout Antarès (65-61). Libérés. Délivrés. Le clan sarthois et le public d’Antarès pouvaient exulter.

    L’Homme du match :
    Les 2 lancers-francs inscrits par Will Yeguete à 57 secondes de la fin ont fait basculer définitivement le match en faveur du MSB. Plus globalement, en 21 minutes, il a marqué 10 points à 3/4 aux tirs et 4/7 aux lancers-francs. Il s’est également dépouillé pour prendre 7 rebonds dont 3 offensifs et s’est fendu d’1 interception et d’1 contre.

    Le Chiffre du match :
    22. Les remplaçants sarthois ont apporté 22 points, soit le tiers de la marque mancelle. Le banc du MSB a donc eu un impact autrement plus important que celui de Karsiyaka qui n’a produit que 6 unités, œuvre du seul Muhammed Baygul. Mieux, Will Yeguete ne s’est pas contenté de marquer 10 points, il a également pris 7 rebonds tout comme Petr Cornelie qui a aussi inscrit 9 points.

     

  • Écrit par , mercredi 11 janvier 2017 23:06

    Erman Kunter
    Cette victoire était importante pour finir dans le top 2. Plus personne ne peut nous rejoindre. Maintenant si on gagne encore un match, on pourra finir à la première place de ce groupe. C'est toujours difficile de gagner contre une équipe très motivée, très agressive. Ils ont fait un long voyage, c'est ce qui a fait la différence.
    Nos tirs manqués aux lancers francs à la fin du match sont peut-être dus à un manque de concentration mais on est content d'avoir gagné, notre défense était bonne et les joueurs adverses ont raté des shoots faciles.

    Petr Cornelie
    C'était un match important pour finir à la première place. Le match était intense. La différence s'est faite sur l'énergie essentiellement et en défense. On a été concentrés et on a pris les bonnes décisions à des moments cruciaux du match.

    Nenad Markovic
    Je félicite l'équipe du Mans pour sa victoire, on aurait pu nous aussi gagner ce match. On n'a pas d'excuse. Mais si on prend en considération notre long voyage, je pense qu'on a joué le mieux qu'on pouvait. On a bien débuté le match, les 1er et 3e quarts temps étaient très bons mais on a manqué des paniers. Les deux équipes ont d'ailleurs eu du mal à scorer en deuxième mi-temps, on a eu le match entre nos mains, un ou deux shoots réussis de notre côté auraient pu changer la donne.
    ,
    Dajuan Summers
    On a manqué des shoots qu'on met habituellement. Peut-être cela est dû à la fatigue, mais je ne cherche pas à trouver d'excuses. On a bien débuté, si on perd cette rencontre c'est essentiellement sur le manque d'adresse à certains moments du match.

Equipes

Compétitions