PLAYOFFS - 2017/2018 - Finale - 1
mercredi 13 juin - 20:45

Monaco

81

       

77




22 - 16  |  17 - 19  |  21 - 19  |  21 - 23

Le Mans

Une finale, ça se joue et tout peut y arriver. D’abord parce que l’avantage du terrain est un poncif éculé qui a été grandement battu en brèche cette saison. Ainsi, seuls 4 des 9 matchs des quarts de finale ont vu l’équipe recevante gagner. Puis, pas plus de 5 des 9 rencontres des demi-finales se sont soldées par une victoire à domicile. Les Sarthois, eux-mêmes, ont enregistré 3 victoires hors de leur base (sur 4 matchs) alors qu’ils ont subi 2 revers à Antarès (sur 4). Mieux, contre la SIG, ils se sont imposés 3 fois au Rhénus sur 4 cette saison, perdant 2 matchs sur 3 à Antarès. Leur plus belle victoire est incontestablement celle acquise ce samedi 9 juin après prolongation (85-79).
Cette saison, le MSB a déjà été battu par Monaco dans une finale. C’était à la Leaders Cup (78-83). En playoffs de la Jeep Elite, on en est à 0-0.

Le contexte
Le MSB a terminé la saison régulière à la 3ème place avec 21 victoires et 13 défaites alors qu’avec 25 succès pour 9 revers, l’ASM s'est classée 1ère.
Les Manceaux ont entamé la série quarts de finale par une défaite à Antarès (68-81) avant de s’imposer à l’Astroballe (72-67) puis à la maison (79-68). En demi-finales, ils se sont inclinés contre Strasbourg aux matchs 1 (66-76) et 4 (82-89) mais ils sont sortis victorieux des rencontres 2 (80-71), 3 (80-60) et 5 (85-79).
Pour sa part, la Roca Team a sorti Nanterre en quarts de finale (99-97 et 98-73). En demies, elle a gagné 2 fois à domicile face au CSP (88-71 puis 78-71) avant de s’incliner dans le match 3 à Limoges (71-76) puis de l’emporter encore à Beaublanc (94-83)
Justin Cobbs (16,4 points, 2,9 rebonds et 6,0 passes), Chris Lofton (11,4 points), Romeo Travis (11,1 points) et D.J. Stephens (9,4 points et 5,8 rebonds) sont en mode playoffs tout comme les Principautaires Paul Lacombe (15,2 points, 4,2 rebonds et 2,5 passes), Amara Sy (13,3 points et 4,7 rebonds), Elmedin Kikanovic (12,3 points), Gerald Robinson (11 points), Christopher Evans (10,2 points) et D.J. Cooper (7,0 points et 8,2 passes).
En saison régulière, les Monégasques affichaient un bilan de 13 victoires et 4 défaites à domicile alors que celui des Sarthois était légèrement déficitaire à l'extérieur (8-9).
Meilleure attaque du championnat avec 86,0 points marqués, la Roca Team en a été la plus adroite (51,3 % aux tirs). Elle est également en tête des classements à l’évaluation (103,2), aux passes (21,2) et aux interceptions (9,0).
Meilleure défense de Pro A (74,7 points encaissés), le MSB est aussi l’équipe qui limite le plus l’adresse de ses adversaires (43,2%) ce qui explique, en partie, sa 1ème position aux rebonds défensifs (26,7 prises).

La saison 2017-2018 du MSB
Pro A : 3ème avec 21 victoires et 13 défaites
Meilleur marqueur : Justin Cobbs (13,9 points)
Meilleur rebondeur : Youssoupha Fall (6,9 rebonds)
Meilleur passeur : Justin Cobbs (5,8 passes)
Playoffs : Finaliste contre Monaco
Leaders Cup : Battu en finale par Monaco (78-83)
Coupe de France : Éliminé en 1/32 de finale par Gravelines-Dunkerque (69-73)
Coupe d’Europe : -

La Saison 2017-2018 de Monaco
Pro A : 1er avec 25 victoires et 9 défaites
Meilleur marqueur : Gerald Robinson (15,9 points)
Meilleur rebondeur : Christopher Evans (4,3 rebonds)
Meilleur passeur : D.J. Cooper (7,2 passes)
Playoffs : Finaliste contre Le Mans
Leaders Cup : Vainqueur en finale du Mans (83-78)
Coupe de France : Éliminé en 1/4 de finale par Boulazac (63-86)
Basketball Champions League : Battu en finale par AEK Athènes (Grèce) (94-100)

Le coach de l’ASM
Amateur de musique et d'art en général, Zvezdan Mitrovic, Monténégrin de 48 ans, est à la tête de l’ASM depuis le printemps 2015. Le club du Rocher était 2ème de Pro B à 4 journées de la fin quand le président ukrainien, Sergei Dyadechko, a choisi de licencier Savo Vucevic et de le remplacer par Zvzedan Mitrovic qui avait été champion d’Ukraine avec Budivelnyk Kiev en 2012. 3 victoires en 4 matchs hissaient la Roca Team à la 1ère place synonyme du titre de Pro B et d’accession à l’élite.
Avec Coach Z sur le banc, l’ASM a gagné 80,4% de ses matches en 3 saisons régulières, terminant chaque année à la première place. La Roca Team a aussi remporté la Leaders Cup en 2016, 2017 et 2018. Désigné meilleur entraîneur de Pro A en 2017 puis de Jeep Elite cette saison, l’homme au physique imposant - il mesure 1,94 m – a également été nommé à la tête de la sélection monténégrine en octobre 2017.
Son mérite consiste surtout en sa faculté à faire jouer ensemble des joueurs de fort calibre. Ainsi, aucun élément n’a démarré les 34 matchs de la saison régulière et 17 ont fait partie du Cinq de départ.

Les joueurs de base de l’ASM
Gros défenseur, le meneur Aaron Craft (1,88 m, 27 ans) est le 4ème voleur de ballons de Pro A (1,4 interception). Il possède surtout la capacité d'emmener ses différentes équipes vers les sommets. Organisateur, il laisse aux autres le soin de briller par les chiffres (6,8 points, 3,4 rebonds et 3,4 passes).
MVP de la saison dernière, D.J. Cooper (1,83 m, 27 ans) avait défrayé la chronique durant l’inter-saison en s’engageant pour deux ans avec Gravelines-Dunkerque. Il n’a tenu que le temps de 4 défaites en 4 matchs avant de fuir. Lui qui tournait l’an passé à 13,3 points, 5,8 rebonds et 11,1 passes avec Pau-Lacq-Orthez, était descendu à 9,5 points, 4,3 rebonds et 9,3 passes avec le BCM. Arrivé fin octobre sur le Rocher, il est capable de coups en sortie de banc (DLSIxième Homme de la 12ème journée). Passeur n°1 du championnat avec 7,2 services, il se limite à 6,7 points et 2,3 rebonds.
Fort attaquant et donc complémentaire de Aaron Craft, Gerald Robinson (1,85 m, 29 ans) avait brillé avec Nanterre en 2015-2016 malgré quelques blessures (13,9 points, 3,1 rebonds et 4,3 passes). Revenu de son périple en Iran puis à ALBA Berlin la saison dernière, il en est revenu encore plus fort. 3ème marqueur de Jeep Elite (15,9 points) dont il est le 8ème à l’évaluation, il n’a terminé que 6 matchs à moins de 10 points dont le dernier à Villeurbanne (6) quand il s’est blessé aux adducteurs. A 10 reprises, il a dépassé la barre des 20 unités avec une pointe à 26 contre Boulazac. Il est d’autant plus dangereux qu’il prend la moitié de ses tirs derrière l’arc avec un bonheur certain (44,9%). Concerné par le collectif, il capte également 2,3 rebonds et délivre 3,2 passes. Son pépin physique l’a privé des quarts de finale et des 2 premiers matchs face à Limoges.
En engageant Paul Lacombe (1,95 m, 27 ans), l’ASM a fait coup double en signant l’un des tous meilleurs joueurs français du championnat et en chipant à Strasbourg l’un de ses éléments clés. Le natif de Vénisseux (69) a déjà remporté toutes les compétitions françaises. Nommé DLSIxième Homme des 4ème et 13ème journées, il fait ce qu’il faut pour enrichir son palmarès (9,7 points, 4,0 rebonds et 2,8 passes).
Déjà Monégasque de 2015 à 2017, Yakuba Ouattara (1,92 m, 26 ans) est allé se brûler les ailes outre-Atlantique. Signé par les Brooklyn Nets (NBA) sans jouer, il a été versé aux Long Island Nets (NBA G-League) pour 7,4 points et 2,0 rebonds en 12 matchs avant de revenir sur le Rocher en mars pour ne jouer qu’un match (12 points et 3 rebonds).
Après avoir sévi précédemment en Grèce (16,5 points en 2013-2014) et en Israël (17,1 points en 2015-2016), l’ailier Christopher Evans (2,03 m, 27 ans) n’a pas les mêmes responsabilité à Monaco. Il n’en produit pas moins 13,9 points, 4,3 rebonds et 1,5 passe. Avant la trêve, ses 19 points à Toulon lui ont valu d’être nommé DLSIxième Homme de la 15ème journée. Mi-avril, il a marqué 25 points à Strasbourg, ce qui constitue son record de la saison.
Arrivé début mars, l’ailier fort croate Damjan Rudez (2,08 m, 31 ans) avait débuté la saison à Valence avec qui il tournait à 2,8 points en Euroleague. Avant de venir en Espagne, il avait fréquenté la NBA pendant 3 saisons (Indiana Pacers, Orlando Magic et Minnesota Timberwolves), disputant 146 matchs et tournant à 3,3 points, 0,6 rebond et 0,6 passe. Problème, la Roca Team comptant six autres joueurs étrangers (Cooper, Craft, Robinson, Gladyr, Evans et Kikanovic), Zvezdan Mitrovic doit choisir 6 joueurs à chaque match, sauf blessure. Le Croate en a disputé 11 en saison régulière (7,2 points, 2,6 rebonds et 1,9 passe) et il n’a pas joué les matchs 3 et 4 de la demi-finale contre Limoges.
Le shooteur ukrainien Sergii Gladyr (1,96 m, 29 ans) en est à son 5ème exercice en France. Se cantonnant à distance cette saison, il a tenté 100 de ses 126 tirs derrière l’arc des 6,75 m avec trois accès de folie. Ainsi, il a marqué 30 points à Dijon en plantant 9 paniers primés sur 10 tentatives. Juste après la trêve de changement d’année, il a réussi un parfait 4/4 aux tirs (3/3 à 3 points) face à Limoges. Il s’est encore fendu de 15 points à 5/6 à 3 points à Cholet. Par contre, ces trois matchs sont les seuls où il a scoré à 2 chiffres (5,5 points, 1,7 rebond et 0,9 passe).
Dans sa 17ème saison parmi l’élite française, le vétéran Amara Sy (2,02 m, 36 ans) tient encore la route (10,9 points, 3,2 rebonds et 1,3 passe). Après avoir été écarté des terrains de début février à fin avril à cause d'une blessure au poignet, il a tout de suite retrouvé le rythme de la compétition, ne marquant jamais moins de 10 points, en inscrivant 16 à 3 reprises et en claquant même 18 à Limoges lors du match 4 de la demi-finale. Depuis mars, il est aussi le nouveau président du Syndicat National des Basketteurs.
Georgi Joseph (1,97 m, 35 ans) doit au genou récalcitrant de Bangaly Fofana d’être dans l’effectif. Initialement engagé comme pigiste, il a été prolongé pour le reste de la saison. Dur au mal et bon défenseur, il est plutôt un relais à l’intérieur (3,9 points, 4,2 rebonds et 1,1 passe) et il a été plus responsabilisé en l’absence d’Amara Sy.
Point d’ancrage intérieur, l’international bosnien Elmedin Kikanovic (2,11 m, 29 ans) est un formidable scoreur au sol. Brillant lors de son passage à Nancy en fin de saison 2014-2015, il avait impressionné durant les playoffs (17,6 points et 6,4 rebonds). Il a montré les deux exercices suivants avec ALBA Berlin qu’il savait mettre des points (13,6 puis 15,5 points en Bundesliga). Il confirme avec la Roca Team (14,4 points, 4,2 rebonds et 1,2 passe). Hormis 6 matchs, il a toujours atteint ou dépassé les 10 unités avec deux pointes à 23 avant la trêve contre Le Portel et Hyères-Toulon et un record en saison à Antarès (24).
Au sortir d'une pige antiboise de 5 matchs, l'ancien pivot international Ali Traoré (2,05 m, 33 ans) s’est engagé après la trêve avec l’ASM. Si son jeu est un peu similaire à celui d'Elmedin Kikanovic, il forme avec son ami Georgi Joseph un duo complémentaire (8,3 points et 3,5 rebonds).
Opéré du genou à l’automne 2017, Bangaly Fofana (2,13 m, 29 ans) n’a pas joué de la saison avant la 33ème journée. Hormis 20 minutes pour 7 points face à Bourg-en-Bresse, sa contribution est plutôt anecdotique (1,3 point et 1,4 rebonds en 5 minutes), playoffs compris.

Les arbitres de la rencontre
Non communiqués

67-66 pour le MSB en Principauté
Pour le compte de la 2ème journée, le MSB se déplaçait à Monaco le 27 septembre. En 1ère mi-temps, les Sarthois faisaient la course en tête pour compter 4 points d'avance à la mi-temps (34-30). Au retour des vestiaires, les Monégasques se révoltaient (22-9 dans le 3ème acte) si bien que les joueurs d’Eric Bartecheky étaient relégués à 9 longueurs à 10 minutes du terme (43-52). Ils inversaient alors la tendance pour mener de 6 points (67-61, 38ème) avant de voir les Monégasques revenir sur leurs talons (67-66). La défense héroïque de Romeo Travis sur Paul Lacombe dans les ultimes secondes empêchait le score de basculer. Pour le MSB, Mykal Riley totalisait 16 points alors que Antoine Eïto en marquait 14 et Justin Cobbs 11. Chez les Monégasque, Elmedin Kikanovic finissait meilleur réalisateur de la partie avec 17 points et Chris Evans en inscrivait 16 quand Aaron Craft et Amara Sy en ajoutaient 10 chacun.

94-85 pour le MSB à Antarès
Pour le compte de la 19ème journée, le MSB recevait Monaco le 4 février. Le 1er quart-temps était monégasque (14-20) et le 2ème encore plus si bien que les Manceaux étaient relégués à 17 longueurs à la mi-temps (34-51). Au retour des vestiaires, l’écart enflait encore (34-54, 22ème). Distancés de 20 points, les joueurs d’Eric Bartecheky se lançaient alors dans une improbable remontée. Revenus à 4 unités à 10 minutes de la fin (62-66), ils renversaient ensuite les Monégasques avant de s’envoler (94-85).
Auteur de 29 points, Justin Cobbs signait sa meilleure marque de la saison. Il recevait l’efficace soutien de Youss Fall qui frôlait le double-double (16 points et 9 rebonds) alors que Mykal Riley ajoutait 11 points et Romeo Travis, 10. Dans les rangs monégasques, les 24 points de Elmedin Kikanovic et les 23 de Chris Evans ne suffisaient pas même si Gerald Robinson en marquait 14 et Paul Lacombe, 11.

83-78 pour Monaco à la Leaders Cup
Alors qu’ils avaient démarré en trombe (11-4, 4ème), les Sarthois voyaient les Monégasques revenir en trombe. Menant encore (16-13, 7ème), ils essuyaient un fatal 14-0 en fin de 1er acte (16-27). Le retard de 15 points au cœur du 2ème (23-38, 15ème) faisait même craindre le pire. C’était sans compter sans le cœur des Manceaux que leur capitaine, Romeo Travis, ramenait à 4 unités (38-42, 19ème). Une nouvelle échappée de la Roca Team reléguait les Tangos à une dizaine de longueurs, écart qui perdurait jusqu’à 5 minutes de la fin (61-72, 35ème). Mykal Riley et Antoine Eïto menaient alors la révolte. A 1’26’’ du terme, Romeo Travis mettait les siens à 5 points (70-75). Même si Antoine Eïto entretenait l’espoir à une poignée de secondes de la fin (78-81), Monaco conservait son titre (78-83).
Ni les 20 points de Mykal Riley, ni les 14 chacun de Antoine Eïto et Romeo Travis n’avaient suffi au MSB face aux 18 unités de Gerald Robinson, bien aidé par Elmedin Kikanovic (17), Paul Lacombe (13), D.J. Cooper (12) et Christopher Evans (10).

Le planning de la finale
Mercredi 13 juin – Episode 1
20h45 : 1 Monaco – 3 MSB

Vendredi 15 juin – Episode 2
20h45 : 1 Monaco – 3 MSB

Lundi 18 juin – Episode 3
20h45 : 3 MSB – 1 Monaco

Mercredi 20 juin – Episode 4 (si nécessaire)
20h45 : 3 MSB – 1 Monaco

Dimanche 24 juin – Epilogue (si nécessaire)
18h30 : 1 Monaco – 3 MSB

Tous les matchs sont diffusés en direct sur SFR Sports 2.

Les résultats des demi-finales
Jeudi 31
2 Strasbourg – 3 MSB 76-66
Vendredi 1er juin
1 Monaco – 4 Limoges 88-71

Samedi 2 juin
2 Strasbourg – 3 MSB 71-80
Dimanche 3 juin
1 Monaco – 4 Limoges 78-71

Mardi 5
3 MSB – 2 Strasbourg 80-60
Mercredi 6
4 Limoges – 1 Monaco 76-71

Jeudi 7
3 MSB – 2 Strasbourg 82-89
Vendredi 8
4 Limoges – 1 Monaco 83-94

Samedi 9
2 Strasbourg – 3 MSB 79-85 AP

Les résultats des quarts de finale
Mardi 22 mai
3 MSB – 6 Lyon-Villeurbanne 68-81
2 Strasbourg – 7 Nanterre 83-56
Mercredi 23 mai
1 Monaco – 8 Pau-Lacq-Orthez 99-97
4 Limoges – 5 Dijon 79-75

Vendredi 25 mai 
6 Lyon-Villeurbanne – 3 MSB 67-72
7 Nanterre – 2 Strasbourg 70-77
Samedi 26 mai 
8 Pau-Lacq-Orthez – 1 Monaco 73-98
5 Dijon – 4 Limoges 64-81

Dimanche 27
3 MSB – 6 Lyon-Villeurbanne 79-68

21ème participation aux playoffs pour le MSB
Depuis 1997, le MSB a figuré dans le tableau des playoffs 20 fois consécutives (record LNB) avant de manquer l’édition 2017. Il a connu 9 éliminations au stade des quarts de finale et 7 autres en demi-finales. Par 3 fois, le club manceau a atteint la finale avec le titre à la clé en 2006 (face à Nancy) avant de s’incliner en 2010 contre Cholet puis face à Chalon en 2012.

Le MSB en playoffs
2016 : Eliminé en demi-finales par Strasbourg
2015 : Eliminé en demi-finales par Strasbourg
2014 : Eliminé en quarts de finale par Dijon
2013 : Eliminé en quarts de finale par Lyon-Villeurbanne
2012 : Battu en finale par Chalon-sur-Saône (76-95)
2011 : Eliminé en quarts de finale par Cholet
2010 : Battu en finale par Cholet (65-81)
2009 : Eliminé en demi-finales par Orléans
2008 : Eliminé en demi-finales par Roanne
2007 : Eliminé en quarts de finale par Chalon-sur-Saône
2006 : Champion de France, vainqueur en finale de Nancy (93-88)
2005 : Eliminé en quarts de finale par Nancy
2004 : Eliminé en demi-finales par Gravelines-Dunkerque
2003 : Eliminé en demi-finales par Lyon-Villeurbanne
2002 : Eliminé en quarts de finale par Lyon-Villeurbanne, futur champion
2001 : Eliminé en demi-finales par Pau-Orthez, futur champion
2000 : Eliminé en quarts de finale par Limoges, futur champion
1999 : Eliminé en demi-finales par Lyon-Villeurbanne
1998 : Eliminé en quarts de finale par Pau-Orthez, futur champion
1997 : Eliminé en quarts de finale par le PSG Racing, futur champion

3ème participation aux playoffs pour Monaco
La Roca Team a été éliminée à chaque fois par l’ASVEL. En 2016, c’était en demi-finales (1-3) et dès les quarts de finale en 2017 (1-2).

MSB – Monaco en playoffs
Le duel de cette année entre les deux clubs est inédit. Jamais Le Mans et Monaco ne se sont affrontés en playoffs.

Les oppositions à Monaco
3 matchs entre le MSB et l’ASM ont eu lieu en Principauté et les Sarthois ont gagné le dernier (67-66) après avoir perdu les 2 premiers.

Monaco

#00. Billy Yakuba OUATTARA

26 ans, 192 cm, Arrière

#2. D.J. COOPER

27 ans, 183 cm, Meneur

#4. Aaron CRAFT

27 ans, 188 cm, Meneur

#5. Amara SY

37 ans, 202 cm, Ailier fort

#6. Paul LACOMBE

28 ans, 195 cm, Arrière-meneur

#7. Damjan RUDEZ

32 ans, 203 cm, Ailier fort

#8. Sergii GLADYR

30 ans, 196 cm, Ailier

#9. Elmedin KIKANOVIC

30 ans, 211 cm, Pivot

#10. Romain POINAS

20 ans, 203 cm, Ailier

#11. Kevin CHAM

20 ans, 182 cm, Arrière

#14. Georgi JOSEPH

35 ans, 197 cm, Ailier fort

#20. Luc LOUBAKI

21 ans, 191 cm, Meneur

#21. Bangaly FOFANA

29 ans, 213 cm, Pivot

#22. Gerald ROBINSON

29 ans, 185 cm, Meneur-arrière

#23. Christopher EVANS

27 ans, 203 cm, Ailier

#24. Ali TRAORE

33 ans, 205 cm, Intérieur

Zvezdan MITROVIC

Entraineur

Hormis 2 égalités (2-2, 2ème et 70-70, 36ème), les Manceaux ont toujours été à la traîne au score. D’entrée, les Monégasques faisaient un mini-break (2-7, 3ème). Mykal Riley ramenait les siens (8-9, 5ème). A la faveur d’un 5-0, la Roca Team s’échappait de nouveau (8-14, 7ème). Cet écart de 6 points sanctionnait le 1er acte (16-22). Les Sarthois souffraient au point d’être relégués à 12 longueurs (24-36, 16ème). Assénant alors un 9-0, ils revenaient au contact (33-36, 19ème) avant d’atteindre la pause avec un retard de 4 points (35-39). Au retour des vestiaires, les joueurs de la Principauté se donnaient un peu d’air (41-48, 25ème). Malgré leurs efforts, les Manceaux ne parvenaient pas à faire mieux que d’être à -6 après 30 minutes de jeu (54-60). Alors que les Monégasques venaient de se donner 10 points d’avance (54-64, 32ème), les joueurs d’Eric Bartecheky se lançaient dans une remontée les menant à égaliser (70-70, 36ème). Ils plafonnaient alors et s’inclinaient de 4 unités (77-81).



Monaco

VS

Le Mans

81

points

77

31/64

tirs

27/57

6/17

3 points

8/20

25/47

2 points

19/37

13/21

lancers-francs

15/18

27

rebonds (off/déf)

40

15

passes décisives

19

81

évaluation

86





Hormis 2 égalités (2-2, 2ème et 70-70, 36ème), les Manceaux ont toujours été à la traîne au score. D’entrée, les Monégasques faisaient un mini-break (2-7, 3ème). Mykal Riley ramenait les siens (8-9, 5ème). A la faveur d’un 5-0, la Roca Team s’échappait de nouveau (8-14, 7ème). Cet écart de 6 points sanctionnait le 1er acte (16-22). Les Sarthois souffraient au point d’être relégués à 12 longueurs (24-36, 16ème). Assénant alors un 9-0, ils revenaient au contact (33-36, 19ème) avant d’atteindre la pause avec un retard de 4 points (35-39). Au retour des vestiaires, les joueurs de la Principauté se donnaient un peu d’air (41-48, 25ème). Malgré leurs efforts, les Manceaux ne parvenaient pas à faire mieux que d’être à -6 après 30 minutes de jeu (54-60). Alors que les Monégasques venaient de se donner 10 points d’avance (54-64, 32ème), les joueurs d’Eric Bartecheky se lançaient dans une remontée les menant à égaliser (70-70, 36ème). Ils plafonnaient alors et s’inclinaient de 4 unités (77-81).

Les Cinq de départ :
MSB : Justin Cobbs, Chris Lofton, Mykal Riley, Romeo Travis et Youss Fall
Monaco : D.J. Cooper, Gerald Robinson, Sergii Gladyr, Amara Sy et Elmedin Kikanovic

Le Fil du match :
1er quart-temps : 16-22
 (16-22).

2ème quart-temps : 19-17
 (35-39).

3ème quart-temps : 19-21
 (54-60).

4ème quart-temps : 23-21
 (77-81).

Le Sarthois du match :
En 32 minutes, Chris Lofton a établi la meilleure évaluation mancelle (20). pour y parvenir, il a marqué 15 points à 5/9 aux tirs dont 2/5 à 3 points et 3/3 aux lancers-francs auxquels il a ajouté 5 rebonds, 6 passes et 1 interception.

Le Chiffre du match :
4. Battus de 4 points, les Manceaux ont réussi 4 paniers de moins que les Monégasques (27 contre 31). Ceux-ci ont tenté 64 tirs alors que les Sarthois ont été limités à 57 tentatives. Les 22 pertes de balles ont grandement pénalisé les hommes d’Eric Bartecheky d’autant plus que ceux de Zvezdan Mitrovic n’ont pas dépassé les 10.

 

  • MonacoMonaco
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

D. COOPER
  • 15
  • 3
  • 8
  • 17

A. CRAFT
  • 4
  • 3
  • 1
  • 6

C. EVANS
  • 18
  • 4
  • 2
  • 22

S. GLADYR
  • 0
  • 2
  • 0
  • -3

G. JOSEPH
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1

E. KIKANOVIC
  • 16
  • 3
  • 0
  • 10

P. LACOMBE
  • 4
  • 1
  • 1
  • 3

G. ROBINSON
  • 14
  • 1
  • 1
  • 9

A. SY
  • 2
  • 1
  • 2
  • 1

A. TRAORE
  • 8
  • 1
  • 0
  • 8

 

EQUIPE
  • 0
  • 8
  • 0
  • 7

 

TOTAL
  • 81
  • 27
  • 15
  • 81


  • Le MansLe Mans
  • Pts
  • Rbds
  • Pd
  • Eval

J. COBBS
  • 13
  • 4
  • 8
  • 16

A. EITO
  • 9
  • 2
  • 2
  • 8

Y. FALL
  • 10
  • 0
  • 0
  • 6

C. LOFTON
  • 15
  • 5
  • 6
  • 20

Y. MORIN
  • 0
  • 0
  • 0
  • -1

M. RILEY
  • 5
  • 0
  • 0
  • -3

D. STEPHENS
  • 8
  • 8
  • 0
  • 12

R. TRAVIS
  • 16
  • 8
  • 2
  • 18

W. YEGUETE
  • 1
  • 8
  • 1
  • 5

 

EQUIPE
  • 0
  • 5
  • 0
  • 5

 

TOTAL
  • 77
  • 40
  • 19
  • 86

Zvezdan Mitrovic : « C’était un match dur, on a contrôlé, mais Le Mans a un gros caractère.. Ils reviennent toujours. On doit continuer de jouer à notre façon. Les deux T3 de Lofton à la fin ont tout remis en cause. Mes gars ont réussi à avoir le dernier mot. Bravo à eux. Il faut continuer. Le public nous a bien poussés".

Paul Lacombe : « La victoire passera par la défense. L'essentiel est fait, on mène 1-0, c'est très important. On sait que Le Mans a du caractère, je pense que toute la série sera disputée. Personnellement ? Je n'ai pas réussi à rentrer dans ce match. Je ne me sentais pourtant pas trop tendu avant la rencontre. Peut-être pas assez. J'aurai à coeur de faire mieux".
Propos recueillis par asmbasket

Youssoupha Fall : « On a fait beaucoup d'erreurs, on a perdu 22 ballons. On ne peut pas gagner en perdant des ballons faciles. Cela a fait la différence à la fin. On a joué un peu soft, un peu moins concentré. On avait essayé de rectifier le tir. Depuis le début des playoffs, on a toujours perdu le premier match. J'ai eu le sentiment que Monaco était prenable sur ce match 1. On va tout faire pour être prêt pour livrer un deuxième combat vendredi. Le public de Monaco ne nous a pas impressionnés. On a plutôt bien géré le rebond, hélas, toutes ces pertes de balles nous ont handicapés, ont beaucoup pesé sur notre défaite. J'ai été pénalisé par les fautes. Je vais revoir le match pour corriger ça. »

Eric Bartecheky : « On a 22 pertes de balles. On voulait l'éviter. C'est énorme. Ce n'est pas évident de faire face à l'agressivité adverse. Monaco n'en perd que 11. Un gros différentiel. Malgré tout, on est dans le match. On rate un moment bascule, un tir pour passer devant. Je ne comprends pas pourquoi je prends une technique. Comme on me connaît, je n'ai pas pris une seule technique des playoffs. Cela nous vaut trois points. Il faudra qu'on m'explique. Il ne suffit pas juste de pointer l'arbitrage, on doit se reprocher des fautes défensives. Dommage car on a bien maîtrisé le rebond. Hélas, Monaco a exploité à merveille nos pertes de balles. Il faut donner du crédit à l'agressivité de Monaco mais on devra absolument être meilleur dans le contrôle du ballon. On avait l'objectif d'essayer de frapper un coup dès le premier match. Les gars ont été combatifs. DJ Cooper donne encore huit passes. Il est dans sa moyenne. Il tire 7 fois à 3 points en 28 minutes. On lui a laissé trop d'espaces. »
Propos recueillis par Philippe Panighini (Ouest France)

Le Mans Sarthe Basket

Rue Juan Manuel Fangio
72100 LE MANS
FRANCE

 

Accueil du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tél : +33 (0)2 43 50 21 80
E-Mail : billetterie@msb.fr